Antonia

Antonia, c’est la grand-maman de notre ami Nan Suriman. Elle a approximativement 90 ans, mais elle ne se souvient plus tout à fait. Les actes de naissance n’existaient pas encore au début du siècle dernier et, ce faisant, elle n’a aucune trace de l’année qui l’a vu naître. « Je n’ai pas d’âge! », nous lance-t-elle en Bambara, tout en riant. Et pour compte, elle est encore en pleine forme et s’occupe à temps plein de quatre de ses petits-enfants. Ayant toujours 25 ans dans son cœur, la dame nous a même proposé, peu de temps après notre arrivée, de faire un concours de danse africaine avec elle. Je suis prête à parier que la source de la longévité de notre chère Antonia réside dans le soleil du Mali et la présence constante de sa famille adorée!

Attention, Antonia n’est pas un cas isolé. Dans un pays où les statistiques indiquent que l’espérance de vie est d’approximativement 55 ans, je suis fascinée de voir autant d’aînés, en santé, prenant activement part à la société. Nombreuses sont également les femmes qui cultivent les légumes, même dépassé 80 ans, pour pouvoir aider leur famille à boucler la fin de mois. Je côtoie cette réalité tous les jours dans mon petit quartier d’Hamdallaye ACI 2000. Au Mali, la solidarité « n’a pas d’âge », pour reprendre les mots d’Antonia !

À lire : Les battantes de l’ACI 2000