Fillettes

« Toubabou, toubabou, prends une photo, aller! ». Ces fillettes de mon quartier étaient plus qu’enchantées de pouvoir jouer aux mannequins. La première à droite, Awa, lorsque je leur parle d’école, me dit qu’elle aime beaucoup les mathématiques, la seconde, renchérit qu’elle aussi. Elles seront peut-être les prochaines ministres du Trésor au Mali!

Les deux dernières années n’ont pas nécessairement été faciles pour beaucoup d’enfants qui ont cessé de se présenter sur les bancs d’école au lendemain du début de la crise qui a laissé des cicatrices partout. Ce sont des centaines de milliers d’enfants qui ont eu leur scolarité perturbée par le conflit, la crise alimentaire et nutritionnelle ainsi que les inondations saisonnières. Le système éducatif déjà affaibli a également dû faire face à l’arrivée d’enfants déplacés ayant fui le conflit au nord du pays.

Un peu plus d’un an après les dernières élections, on sent que les Maliens tiennent beaucoup à reconstruire leur pays et retrouver une vie normale. Et sans contredit, l’éducation est la clé de ce processus de reconstruction. Quelle image symbolise plus le retour, lentement mais surement, à une vie normale que celle d’une petite fille sur le chemin de l’école, aimant étudier?