C’est à 16h35, heure locale hier, que notre avion, vol d’Air France 548, s’est posé sur la piste d’atterrissage de l’Aéroport International de Ouagadougou. Si vous vous questionnez déjà sur la citation qui sert de  titre à cet article, en voici son explication… Nous avons été accueillies en sols Africains par un orage et une forte pluie, bien loin du soleil éclatant auquel nous nous attendions toutes. Après une attente de 45 minutes en plein ciel (et en zone de légères turbulences), notre pilote a enfin eu la permission de se poser.

Qu’à cela ne tienne, la joie d’être enfin arrivées au Burkina Faso nous a rapidement permis d’oublier la pluie. Quel bonheur ce fut de retrouver Gabrielle, qui nous attendait, tout sourire de l’autre côté des portes du petit aéroport! Il faut dire que ce temps était aussi tout à notre avantage, diminuant la chaleur et apportant un vent frais qui nous a ravis!

L’excitation était déjà à son comble lorsque nous avons fait escale à Niamey au Niger.  Dès notre descente, nous avons pu voir poindre à l’horizon le sol rougeâtre et quasi désertique typique des pays du sahel. L’horizon parsemé de petits arbustes verts a bien vite laissé apparaître quelques huttes, puis au loin Niamey, avec ses routes et ses infrastructures. C’est alors que nous avons pu vraiment réaliser que nous nous trouvions sur un tout autre continent!

Jusqu’à jeudi, nous logerons dans un établissement régi par des religieuses (Fédération des églises et missions religieuses), où nous avons chacune des chambres en occupation double équipées de ventilateurs. Déjà, nous avons expérimenté le sommeil dans un lit recouvert d’un filet (essentiel en prévention des piqûres de moustiques)! La chaleur est supportable, mais après la première nuit, nous pouvons constater que les gens se lèvent très tôt pour se mettre à l’entretien et à la cuisine, ce qui nous prive du silence nocturne, parsemé de bruit d’oiseaux et d’insectes, dès l’aurore!

Nous avons une rencontre à la Direction terrain du CECI ce matin et une visite à l’ambassade canadienne ensuite. Jeudi, nous rencontrerons les trois associations de productrices de beurre de karité pour lesquelles nous travaillerons en coopération. Et finalement, vendredi, nous intégrerons nos familles d’accueil sélectionnées par Gabrielle!

Pour nos familles et nos amis, sachez que toute l’équipe se porte bien jusqu’à présent! Nous vous donnerons des nouvelles aussi souvent que l’Internet nous le permettra!

À bientôt!

P.S. Les mangues sont délicieusesssssss!

Eleonore_img_0008_29maiVue de Niamey au Niger avant notre escale