Promenade en véhicule avec Awudu, un employé du WUSC

Ça y est. Après plus d’un an de préparatifs, de financement et d’activités extrêmement formatrices, l’édition 2018 du Groupe de collaboration internationale de l’Université de Sherbrooke (GCIUS) est prête pour le décollage en direction du Ghana. Au cours des 15 prochaines semaines, six étudiant.e.s en ingénierie et une étudiante en science politique (profil relations internationales) participeront activement à l’implantation d’un centre de formation communautaire qui servira à l’enseignement des bonnes pratiques sur l’élevage de pintades pondeuses et de l’agriculture relevant de ce secteur d’activité.

La question vaut la peine d’être posée : qu’est-ce que ça signifie d’être prêt pour le décollage? À l’image des astronautes, il est impossible de lister tous les imprévus. Cependant, il est possible de se préparer à cette éventualité et comme tout projet de collaboration internationale, des événements hors du contrôle de l’équipe surviendront et l’inconnu devient quelque chose de très attirant lorsqu’il est apprivoisé. Face à une culture extrêmement différente, mais ô combien enrichissante, il faudra constamment jongler avec les objectifs et les attentes du groupe. Au-delà de la construction du bâtiment, une imprégnation et une compréhension des plus honnêtes sur les habitudes de vie locales seront nécessaires pour saisir les enjeux réellement importants au sein de la population. Leur aide et leur savoir seront au cœur du projet et c’est avec une très grande ouverture d’esprit que l’équipe du GCIUS désire s’impliquer jour après jour.

Arrivée à Tamale mercredi le 5 septembre 2018 vers 17h00

Dans un projet de ce type, beaucoup d’éléments sont à considérer : construction, sécurité, planification, modifications, budget, relations humaines et interculturelles, chocs culturels et la liste pourrait continuer encore longtemps. En parallèle, une recherche constante sera réalisée pour déceler les possibilités de projets complémentaires qu’il serait possible d’implanter. Ce projet de coopération internationale se présente donc comme une opportunité où les apprentissages sont réciproques et même plus grands pour nous que pour les participants locaux. Le but ultime se veut égalitaire, juste et humble et vise principalement à favoriser le développement des populations les plus vulnérables : les femmes et les jeunes..

Plus de détails suivront certainement dans les prochaines semaines. Cet article est le premier d’une série qui sera mise à jour de façon hebdomadaire. De manière sporadique, les membres qui le désirent écriront des articles à titre personnel, y faisant part de leur expérience.

Au nom de toute l’équipe, je tiens à remercier tous les gens qui ont croisé notre chemin jusqu’à maintenant et qui l’ont influencé positivement. Vous avez enrichi l’équipe et vous nous avez propulsé jusqu’ici. Maintenant, laissez-nous vous montrer à quel point nous sommes heureux de vivre cette expérience et que cette implication nous tient grandement à coeur.

– Jordan Laroche