La vie est pleine de surprises. C’est le cas pour Isa Álvarez, jeune bolivienne qui a étudié le droit et a fait une maîtrise en droit des processus d’intégration, mais qui ne sentait pas pour autant avoir une vie heureuse et accomplie. Elle nous parle de ses souvenirs d’enfance: «Mes grands-parents avaient un magasin, ils importaient et vendaient des perles et des paillettes pour les costumes folkloriques, par exemple. Moi, je faisais des colliers avec ma grand-mère. Toute ma vie j’ai toujours fait quelque chose avec mes mains et j’ai toujours eu un projet de Noël où je créais quelque chose: des arrangements floraux ou des arrangements pour le sapin de Noël ».

Ainsi, il y a quelques années, elle a décidé de faire ce qu’elle voulait et de tester s’il était possible de gagner sa vie de la sorte. Une machine à coudre a été empruntée, et « sans savoir ni moulage ni découpage, pour apprendre à coudre, j’ai d’abord cousu des nappes puis, pour Noël, en 2009, j’ai fait les deux premiers sacs, j’ai emprunté 200 bolivianos à ma mère et c’est là que tout a commencé « .

Maintenant, Isa gère une marque appelée « Folk de los Pueblos »(Folk des peuples). Dans le cadre de sa marque, elle travaille dans la conception et la production de vêtements, d’accessoires et de sacs à main avec un contenu propre aux cultures autochtones, mais aussi contemporaine. « Je voulais un nom que les gens pourraient facilement comprendre. « Folk » vient du mot folklore. En anglais cela veut dire également  « ami » et comme je voulais que la marque soit très amicale… ».

Cette marque fait penser aux gens parce qu’elle s’en inspire, qu’ils soient urbains ou ruraux.  Mais la question de l’accessibilité est également importante, de sorte qu’ Isa essaie d’avoir une gamme, une qualité et un design que les gens puissent acheter.

Bien que la société soit petite, la chaîne est grande, avec 3 ateliers qui travaillent à plein temps: 2 pour faire des sacs et une autre pour les accessoires. En plus, il y a 2 ateliers de vêtements, un atelier de chaussures et un atelier de produits en laine. En outre, il y a d’autres personnes dans l’atelier qui fabriquent les plaques, les pièces de monnaie et les placages; l’imprimerie qui fabrique les sacs d’emballage et un autre atelier qui fabrique des sacs d’emballage en tissu pour les chaussures.

« Les acheteurs sont plutôt des étrangers ou plutôt des Boliviens? » Au début, j’ai commencé à la rue Linares parce que je pensais: c’est quelque chose de plus contemporain mais les acheteurs seront plutôt des étrangers, mais presque depuis le début, il y eu une réceptivité très intéressante pour Folk parmi les acheteurs boliviens. »

Isa considère qu’il y a une identification du langage « quand on fait un porte-monnaie, ce n’est pas juste quelque chose de joli mais quelque chose qui te dit quelque chose, donc à partir de là on lit certains symbolismes dans des morceaux folkloriques perçus par d’autres  » Il est très positif que nos marques, appréciées et consommées, deviennent le détonant du monde.

Lorsqu’ils ont exporté, c’était pour des Boliviens qui habitent dans d’autres pays comme les États-Unis, le Chili, la France, Singapour et l’Allemagne. Ils exportent des petites quantités, tout en conservant  le niveau de qualité, en fonction du temps nécessaire pour la livraison.

Isa a participé au Séminaire International qui a eu lieu à Lima en juillet 2014. Bien que le thème y ait été l’entrepreneuriat, il y avait d’autres projets intéressants dans différents domaines. Isa nous dit que « rencontrer des gens qui sont dans leur lutte, mais d’une vision et d’une une culture, des codes, des sociétés et des économies très différents de la Bolivie a été plus qu’enrichissant.  »

L’un des aspects les plus importants pour Isa pendant ces deux semaines d’activité intense, fut «qu’il y avait beaucoup de réflexion sur la façon dont les politiques publiques, les politiques sociales et la pensée sociale en général ont une influence sur tout ce qui est entrepreneuriat. Cela fait référence à des situations, à des règlements et à des comportements sociaux axés sur la poursuite de l’entrepreneuriat parce qu’il est facile de commencer à le faire, mais la durabilité peut être très difficile à tenir sur la durée. »

La période où elle a était au séminaire, son entreprise était dans un tourbillon puisqu’elle avait l’atelier, le magasin à La Paz et deux autres espaces à Copacabana, étant une énorme tâche d’administration et de gestion. « Dans le Séminaire, le fait de voir ces autres formes de fonctionnement des autres participants, m’a ouvert cet espace pour repenser le système Folk, cela a été très positif pour moi, parce que j’ai pu m’arrêter pendant un instant et dire « qu’est-ce qui marche et qu’est-ce qui ne fonctionne pas pour moi? »

Ce moment décisif a fait de 2015 une année complexe, pour faire évoluer l’ensemble du système en faveur de la marque et de la qualité de vie d’Isa, permettant par exemple de consacrer plus des temps au domaine du design et de l’exploration avec des matériaux.

Elle a ajouté que, outre le système conventionnel occidental, il existe d’autres façons de travailler et de négocier avec les Boliviens. Ces modifications lui ont permis de déléguer des tâches à des experts de la couture et du cuir et d’organiser leur emploi du temps. « C’est une relation horizontale, ils travaillent plus dur que dans une relation de dépendance et nous discutons beaucoup, il y a un échange d’informations de deux façons parce que nous nous soutenons mieux. »

La curiosité d’Isa l’a menée à la Biennale du Cartel de Bolivie – BICebé (www.bicebebolivia.com). Elle savait que c’était un événement important, mais après avoir participé, elle a réalisé toute la force de la Biennale. Dans ses presque 10 années de vie, elle a démontré que c’est l’événement académique-culturel le plus important qui a lieu dans notre pays. Dans sa cinquième version (20 et 25 novembre 2017), près d’une centaine d’activités liées à l’industrie créative et au design mondial ont été réalisées, le Cartel étant le principal protagoniste.

Cette année, elle s’est adressée au Bicebé avec l’exposé «10 choses que j’ai apprises lors de la création», pour partager des anecdotes, des erreurs, des réussites, des nuits blanches, etc. avec le public. « L’objectif de la conférence était de parler très honnêtement des choses qui me sont arrivés pendant le processus de fabrication du Folk, des choses que parfois personne ne vous dit: vous devez respecter vos horaires de repas et de sommeil, ce qui semble très évident mais ce ne l’est pas parce qu’il y a des moments si difficiles qu’on oublie, car on ne remarque pas des choses apparemment petites mais des choses très grandes: la passion « .

Comment tu vois ta situation et celle de ta marque? « Je vis déjà de cela et je suis heureux et calme mais en même temps je veux qu’il grandisse et c’est ce que j’ai décidé que  Folk devient: une construction. »