Conseillère en communication auprès de mon partenaire le Collectif des Groupements Associatifs de Pikine Ouest (COGAPO), je suis souvent invitée à rencontrer des personnes ou des associations membres du COGAPO.  Aujourd’hui je veux vous faire découvrir l’Association des Jeunes Leaders pour le Développement (A.J.L.D.) et leur commune de Guinaw Rails Sud. Guinaw Rails Sud est l’une des 16 communes d’arrondissement de la ville de Pikine. Elle fait partie de l’arrondissement de Dagoudane. 

Je me demande souvent pourquoi les banlieues sont si souvent directement associées à la criminalité ou à d’autres concepts à connotations négatives.  Avant même mon arrivée au Sénégal on m’avait dit « Tu es au courant que Pikine c’est la banlieue, la vraie banlieue ? ». Même à Dakar plusieurs Sénégalais me disent qu’ils ne mettraient jamais les pieds à Pikine et encore moins à Guinaw Rails Sud. Mais pourquoi ce refus et cette peur ? Pourquoi, trop souvent, les gens veulent se concentrer sur les aspects qu’ils jugent négatifs plutôt que de s’intéresser à la beauté, la richesse ou aux capacités qu’une zone et ses habitants peuvent offrir ? Certes je suis consciente que dans tous les pays du monde, les quartiers, les communautés ou les villes les plus défavorisés ont un taux de chômage plus élevé et que cela se reflète sur le taux de criminalité, mais il n’y a pas que ça à voir.  

Moi, quand je vais à Pikine Ouest ou à Guinaw Rails Sud, je ne vois pas ce danger dont les gens me parlent si souvent.  Je vois plutôt la joie des enfants qui jouent dans les rues, je vois la bonté des gens qui m’accueillent partout où je suis, je vois des jeunes élèves souriants se rendant à l’école, je vois des étudiants avec des maitrises et autres diplômes universitaires, je vois des jeunes entrepreneurs qui gagnent leurs vies et supportent financièrement leurs familles, je vois des jeunes chômeurs à la recherche d’emploi ou entrain de chercher des moyens de créer leurs entreprises, je vois des hommes et des femmes qui travaillent dur pour rendre les conditions de vie de leur commune plus agréable et pour s’assurer que la jeunesse soit bien.  Je vois aussi des bénévoles et des jeunes leaders tels que les jeunes du COGAPO ou de l’A.J.L.D.  qui ont un grand impact sur leur communauté.

L’A.J.L.D.  a été créé le 16 octobre 2016 conjointement par son président M. Cheikh Barro et son secrétaire général M. Cherif Abdoulaye Sarr. Elle comporte actuellement 24 membres.

jeunes

M. Cheikh Barro (complètement à droite) le président de l’A.J.L.D avec des membres de l’association

Rencontre avec les jeunes de l’association

M. Chérif Abdoulaye Sarr le secrétaire général de l’A.J.L.D.

Un des principaux objectifs de l’association est de faire du renforcement de capacités auprès des jeunes.  Il existe également au sein de l’association des commissions sociales, commissions sur l’éducation, l’environnement, la santé, la sécurité et autres. L’association veut contribuer activement au développement de Guinaw Rails, la communauté où ils vivent. Comme le mentionne le président M. Barro, le développement est leur raison d’être. De plus, l’A.J.L.D. veut montrer une image positive de la banlieue mais surtout de leur chère commune Guinaw Rails Sud.

Les valeurs de l’A.J.L.D. sont: le respect, le partage, la solidarité, la non-discrimination et le leadership.

M. Mamadou Diatta, un des membres de l’association, dit « il faut participer activement au développement de la commune. Souvent les gens ne prennent pas leur part de responsabilité pour développer leur zone. Je ne veux pas attendre que les changements se fassent par eux-mêmes, je suis un des acteurs de développement et j’en fait mon devoir d’améliorer la qualité de vie de ma communauté ».

Pour Emmanuel Jesus Cabo, ce qui l’a attiré à joindre l’association est le fait qu’elle se distinguait des autres associations à buts plutôt amical ou lucratifs. Il lui a été possible de suivre des formations de renforcement de capacité en entreprenariat et aussi de pouvoir faire une différence au sein de sa communauté. M. Cabo veut également faire partie de ceux qui améliore l’image de Guinaw Rails.

M. Emmanuel Jésus Cabo et une membre de l’association

L’A.J.L.D. sensibilise la population et les jeunes au niveau de l’entreprenariat, la sécurité sociale, l’éducation, l’environnement et autres sujets de développement individuel ou collectif.  Parmi ses nombreuses activités, l’association aide les gens en difficultés financières, elle sensibilise sur la santé et la sexualité des adolescents, elle encadre les jeunes dans la préparation d’examens scolaires, elle organise des formations et des sessions de renforcement de capacités à tous les 2 mois. Il y a aussi leurs séances « Jeunes Leaders Talks » qui permettent aux jeunes d’échanger sur diverses thématiques.  

Par contre, l’implication des jeunes de l’A.J.L.D. dans leur communauté n’a pas débuté en 2016. Déjà en 2013, Un club d’anglais nommé Guinaw Rail English Family avait été créé par M. Barro et d’autres membres de l’A.J.L.D afin d’enseigner l’anglais aux enfants du primaire jusqu’aux étudiants universitaires. Ce club qui est toujours très actif, offre des sessions d’anglais qui comptent entre 40 à 50 participants. Le club a également pu bénéficier de l’aide de certains partenaires et a même reçu des centaines de livres en anglais, un don d’une organisation aux États-Unis.  

Quelques membres de l’A.J.L.D. sont aussi membres du Collectifs des Jeunes du COGAPO. Ils ont pu suivre des formations animées par des volontaires du CECI affectés chez le COGAPO (formation en communication, en entreprenariat, en gestion financière et autres…) ce qui a permis d’accroitre leurs connaissances et leurs compétences dans diverses domaine et de les transmettre aux autres membres de l’association.

M. Barro et M. Sarr lors d’une formation en Entreprenariat & Leadership animée par un conseiller du CECI.

L’association met également l’accent sur le rôle de la femme dans le développement et la société. Mme Thioro Ndiaye, la chargée de programme de la cellule féminine, souligne l’importance de l’intégration des jeunes filles et des femmes au développement. Elle s’assure de l’intégration de la dimension du Genre dans l’association, elle participe à la promotion du leadership féminin et renforce l’autonomie financière des jeunes filles de l’association et de Guinaw Rails. 

Thioro Ndiaye la chargée de programme de la cellule féminine et Dieynabou Baldé la chargée de communication de l’A.J.L.D.

L’AJLD a beaucoup de projets à courts et longs termes en vue tels que la lutte contre les inondations ou l’évacuation d’eau qui causent des dégâts pendant l’hivernage, la gestion des ordures ménagères et la salubrité de la commune, un projet pour éclairer les rues le soir (la plupart des rues ne disposent pas d’éclairage nocturne), un centre d’écoute et d’orientation pour les jeunes, la création d’une bibliothèque communautaire et le développement général de Guinaw Rails. 

Ces jeunes sont très actifs à l’intérieur de leur communauté et veulent réaliser de nombreux projets. Par contre, comme le mentionne M. Youssoupha Fall, leur trésorier, ils font face à des limitations financières ou à certaines autres difficultés. Ne disposant d’aucun local ou d’endroit fixe pour se rencontrer ou entreposer le peu de matériel à leur disposition, les membres font actuellement leurs rencontres dans la cour de la maison de l’un d’entre eux. Le manque de matériel de base tels que des ordinateurs et une imprimante se fait aussi sentir et a un impact sur certaines de leurs activités.  Malgré ces difficultés les jeunes leaders de l’association n’ont jamais baissé les bras et continuent chaque jour d’aller de l’avant. 

Dans la banlieue se cache des richesses qui doivent se faire connaître. Ses jeunes leaders en sont un exemple. Tous unis et dédiés pour le développement, ils contribuent quotidiennement à l’amélioration du bien-être de leur communauté.

M. Cheikh Barro et Dieynabou Balde de l’A.J.L.D. toujours présents pour encadrer les jeunes de Guinaw Rails.

Malgré les handicaps économiques de Guinaw Rails ou la mauvaise image qu’elle peut avoir, lorsque l’on marche dans ses rues et qu’on parle aux marchandes ou dirigeant de PME, on remarque que ces gens ne veulent pas quitter leur banlieue. Les marchandes avec lesquelles j’ai eu à discuter ont toutes dit qu’elle se sentaient en sécurité dans leur quartier et aimaient y vivre. Tous ce qu’elles souhaitent par contre ce sont de meilleures conditions de vie et plus d’avenir, d’espoir pour la jeunesse grandissante.  M. Ababacar Sarr, entrepreneur qui emploi plusieurs jeunes dans son entreprise « Noble Couture » dit aussi être un acteur de développement.  Ses jeunes couturiers sont fiers de leurs emplois et gagnent dignement et fièrement leurs vies.

Des marchandes de légumes à l’entrée de Guinaw Rails

M. Ababacar Sarr de Noble Couture entouré de quelques jeunes

    

M. Cheikh Barro, le président de l’A.J.L.D. dans son entreprise « King Multi-Service »

Je termine par la citation préférée du Président de l’A.J.L.D qui a toujours été une motivation pour lui : « Ask not what your country can do for you but ask what you can do for your country » (ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays ». Citation de John F. Kennedy.

Pour plus d’informations sur l’Association des Jeunes Leaders pour le Développement (A.J.L.D.) ou pour les appuyer ainsi que leur communauté, vous pouvez les contactez par email : jeunesleadersjeunesleaders@gmail.com

Des jeunes de Guinaw Rails jouant au foot (soccer) devant le centre de maternité

 

Mme Fall, une commerçante de Guinaw Rails.

 

Une petite fille se rendant à l’école