En Afrique, la formation professionnelle reste un enjeu majeur pour permettre à la  population d’être plus autonome et active sur le marché de l’emploi. Ces dernières années, les gouvernements des pays africains se sont dotés d’un plan émergent qui met un accent pointu sur la valorisation de la formation professionnelle pour permettre à la jeunesse qui représente environ 200 millions des habitants du continent de faire face aux différentes crises économiques et au chômage. À l’office national de formation professionnelle (ONFP), l’organisme partenaire du CECI et pour lequel je travaille comme conseillère en communication, la qualification professionnelle est le levier le plus important pour l’amélioration de la productivité du travail et la réduction de la précarité de l’emploi. Depuis 1986, cet organisme été mis en place pour aider à mettre en oeuvre les objectifs sectoriels du gouvernement et d’assister les organismes publics et privés dans la réalisation de leurs actions; réaliser des études sur l’emploi, sur la qualification professionnelle, sur les moyens quantitatifs et qualitatifs de la formation professionnelle initiale et continue; sur la coordination des interventions par branche professionnelle par action prioritaire en s’appuyant sur des structures existantes ou créer; et enfin coordonner aussi l’action de formation professionnelle des organismes d’aides bilatérales ou multilatérales. Pendant donc une année, j’appartiendrai à cette merveilleuse famille ONFP, en ayant la même vision qui anime ces 48 employés chaque jour mais surtout et avant tout en traduisant au peuple sénégalais cette volonté de changer les choses ; de changer leur condition de vie grâce à un titre qualifiant que seul l’ONFP est en mesure d’offrir.  Mon défi : Réussir à valoriser davantage cette institution auprès de toutes et de tous tant à l’échelle nationale qu’internationale.