Le Groupe de Réflexion et d’Appui pour le Développement Économique et Social  (GRADES)  est une association de 54 membres dont 35 % de  jeunes et 60% de femmes. Cette structure mixte située à Petit-Bourg de Port-margot dans le département du Nord d’Haïti, œuvre dans la transformation de cacao en différents dérivés, notamment  la barre de chocolat.

Petit-Bourg de Port-Margot, offre un terroir favorable à la production d’un cacao de haute qualité organoleptique avec des notes boisées ou fuitées. Toutefois, ce potentiel est peu exploité, car les producteurs de la zone se contentent à écouler la matière première (le cacao brut) à faible valeur ajoutée.

 

Un début difficile….

Paul Julio Donald, le coordonnateur de GRADES; Photo : Gynette Tremblay, 2018

C’est à partir de ce constat, qu’un groupe de jeunes femmes et hommes de cette dite localité ont manifesté le désir de se mettre ensemble et de se lancer dans la transformation du cacao. Beaucoup de difficultés ont été surmontées pour la mise en place de cette structure, parmi lesquelles on peut citer : la mise en place d’un réseau de fournisseur pour l’approvisionnement de l’atelier en cacao, l’acquisition de matériels et équipements pour les travaux et la promotion des droits des femmes au sein de l’organisation.

Un partenaire du CECI, un appui d’Uniterra

Les activités du GRADES ont trouvé dans un premier temps un soutien financier du Ministère de l’Agriculture des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) à travers le Projet RESEPAG II exécuté par le CECI. Ce projet,  visait à doubler la capacité de production de GRADES, passant de 3300 livres à 6600 livres annuellement. En second lieu intervient le programme Uniterra en renforcement des capacités techniques de ces jeunes hommes et femmes dans cette activité Agro-industrielle, à savoir la transformation du cacao en dérivé secondaire. Un accent particulier a été mis sur la transversalité du volet ÉFH à l’ensemble des axes d’intervention du programme auprès du partenaire afin d’augmenter l’influence des femmes aux niveaux communautaire, national et international.

Des  changements qui s’opèrent…

Maquise Pierre, la responsable de commercialisation de GRADES prenant la parole au cours d’un comité sous-sectoriel cacao; Photo : Ernest Monfiston, 2018

L’appui d’Uniterra auprès de GRADES vise une amélioration d’un ensemble de points critiques dans le processus de production, de gestion et de commercialisation. On peut citer : la mise en place du principe de marche en avant au niveau de l’atelier afin d’éviter toute contamination microbienne, les méthodes et mode opératoire pour la standardisation des produits, le diagnostic des besoins de GRADES en outils de comptabilité et le suivi continu pour la mise en application de ces outils. Présentement, la production de cacao transformé est d’environ 500 livres par mois; cinquante-cinq (55) petites boites de 7 livres chacune sont écoulées mensuellement par le biais d’un petit réseau de distribution régionale.

Avec l’appui d’Uniterra en commercialisation, les produits de GRADES sont disponibles dans plusieurs points de vente de la Ville du Cap-Haïtien, ses actions tendent à s’étendre sur de plus grands  réseaux de distribution dont ceux de Port-au-Prince et de la diaspora afin d’augmenter les chiffres de vente et d’assurer des revenus plus stables aux jeunes et femmes.

Par le volet ÉFH on cherche surtout à : connaître les besoins et enjeux socio-économiques des femmes, renforcer leur estime de soi, les sensibiliser sur les inconduites sexuelles. Suite, aux séances de sensibilisation sur la représentativité qualitative et quantitative des femmes au sein de GRADES les parties prenantes ont pu comprendre l’obligation pour les femmes d’être au cœur des activités, de participer activement à la vie  du groupe et de faire valoir leur droit et leur point de vue.

Des propositions pour pallier le gap

Après analyse des statuts et règlements, d’autres propositions ont été émises et discutées avant d’en faire partie intégrante aux statuts du groupe. Ces propositions prévoyaient des modifications au niveau des articles ou le quota des femmes était négligé et un ajout combien important concernait la mise en place d’un point focal, dirigé par une femme, pour retrancher et gérer les questions liées aux inconduites sexuelles.

Un besoin pour la commercialisation d’autres dérivés du cacao

Présentation de la barre de chocolat de GRADES; Photo : Ernest Monfiston, 2018

Face à la demande toujours croissante du marché pour les produits chocolatés. GRADES se projette de :

  • Faire la commercialisation du chocolat en poudre instantané, un dérivé du cacao très prisé par les consommateurs du fait de sa facilité d’utilisation et sa faible composition en gras;
  • Faire la fermentation du cacao pour apporter de la valeur ajoutée au produit;
  • Commercialiser le beurre de cacao sur le marché national et international

Témoignage du coordonnateur

«Nous sommes une jeune organisation de trois (3) ans avec une grande vision. Hier, nous avions un petit atelier de faible capacité de production, mais grâce au dynamisme de nos jeunes et femmes et l’appui de nos partenaires nous avons aujourd’hui un nouvel atelier de plus de 180 m2 avec de nouveaux équipements pouvant doubler notre capacité de production. De plus, vingt (20) jeunes dont 16 femmes sont formé-e-s en technique de transformation de cacao, en marketing, en comptabilité et sensibilisé-es en équité de genre»