La semaine du 26 au 30 septembre 2016 a vu se tenir un cours de renforcement de capacité et de création d’un cursus d’entrepreneuriat informel pour le Centre d’Apprentissage Populaire (CAP)de l’ONG ALPHADEV. Ce cours a réuni les enseignants et encadrants du CAP, des étudiants du Collectif des Élèves et Étudiants de la Région de Yeumbeul (CEERY), ainsi que des bénéficiaires du CAP. Au total c’est 10 participants qui se sont présentés dans la salle de réunion de l’ONG ALPHADEV le lundi 26 septembre 2016 à 10 heures.

La formation s’est tenue en 3 étapes. D’abord, le retour sur la phase pilote du cours effectuée du 10 mai 2016 au 11 aout 2016. Cette partie du cours a consisté à décrire le dérouler du cours de la phase pilote du projet, à en faire une analyse critique et à faire témoigner un étudiant étant allé au bout de cette formation pour en tester l’appropriation des acquis et juger de sa motivation à aller de l’avant.

Ensuite, le support de cours aux enseignants comportant 4 modules (Modèle d’Affaires ; Administration d’une entreprise ; Marketing et ventes ; Qualité des livrables) a servi de guide tout au long du renforcement de capacité et a été associé à une feuille introductive de la structure du cours, à une feuille de définitions de base, un manuel de l’enseignant lui-même associé à une analyse sectorielle sur l’entrepreneuriat informel, deux guides sur l’entrepreneuriat ethnique et enfin un exemple de plan d’affaires. Soit en tout 9 documents de support.

Enfin, les enseignants et les encadrants se sont appesantis sur l’élaboration du cours d’initiation à l’entrepreneuriat informel de niveau CAP. Cette dernière s’est faite à partir des cours utilisés dans la phase pilote et de l’expérience pédagogique des animateurs du Centre d’apprentissage Populaire. Il a donné lieu à l’unique livrable de cette session qui est « les objectifs d’apprentissage du cours d’entrepreneuriat informel » qui seront appliqués dès cette rentrée 2016-2017…

Parmi les constats et acquis de la session, il a été clairement décelé qu’il fallait favoriser le regroupement des acteurs de l’entrepreneuriat informel sous forme, par exemple, de GIE. C’est pourquoi il sera question de mettre en place des conditions dès la première année de formation pour apprendre aux jeunes à travailler ensemble pour in fine leur proposer plus facilement le modèle de GIE en fin de cursus lorsque le cours d’entrepreneuriat informel est introduit. En utilisant notamment les anciens en mentor pour les jeunes générations. Par ailleurs, certaines remarques des étudiant du CEERY ont permis une mise à jour du modèle de plan d’affaires devant être utilisé pour l’entrepreneuriat informel.

En somme cette formation est une bonne amorce d’un mouvement qui offre une alternative aux jeunes en lieu et place du marché de l’emploi et leur permet d’être très vite autonome et indépendant financièrement. Il conviendra plus tard de faire le suivi et l’évaluation de ce cours pour en saisir l’impact social et juger de sa performance sur le terrain. Ce serait à nouveau un travail qu’un partenariat entre UNITERRA et l’ONG ALPHADEV pourrait poursuivre. Le plus important est de s’être mobilisé dès à présent pour mettre en place des structures pour ces jeunes et préparer, ainsi, leur afflux important sur le marché du travail à l’horizon 2035 voire 2050 car comme dit l’adage « L’Homme prudent voit le mal venir de loin. »