Pendant mon mandat au Guatemala je souhaite comme beaucoup de coopérants et coopérantes réussir à apporter mon petit grain de sel de façon à améliorer les conditions de vies de plus démunis dans la mesure du possible, étant donné qu’il faut être conscient qu’on ne pourra pas venir en aide au plus grand nombre, du moins pas sur le court et moyen terme. Il est quelquefois difficile de comprendre la durabilité comme un résultat sur le long terme mais il faut y croire!

Partie de ma mission est l’inclusion des jeunes femmes et jeunes hommes dans l’univers du café Guatémaltèque, un produit très recherché sur les marchés d’amérique du Nord, européen incluyant le Japon, grand buveur de café premium.  Malheureusement, il est le plus souvent peu considéré à sa juste valeur dû à un manque de conscience au sein des caféiculteurs qui dans la plupart des cas, seul recherchent des parts de marchés sans trop se soucier d’améliorer les étapes de torréfaction pour un marché local afin de faire connaître leur café localement et par la suite atteindre une renommée au delà de leurs frontières, ce qui constitue un qualificatif d’exigence pour les consommateurs, amateurs de bons  cafés.

Une belle tendance..!

Par contre, il existe un intérêt particulier de la part des jeunes pour devenir barista, catador ou  tostador. Pour obtenir une tasse de grande qualité, c’est à dire aux arômes et textures  les plus recherchés, il est important de considérer des pratiques écologiques au sein des cultures, en plus d’être souvent plus efficientes et efficaces, ainsi qu’une torréfaction optimale, lesquelles permettraient que les jeunes puissent développer leur idées en lien avec une matière première de qualité d’excellence. Finalement, il s’agit de préparer un bon café respectant certaines méthodes, à l’aide de techniques plutôt simples.

Entreprendre  à l’aide de matériaux reciclables

Le secteur des matériaux recyclables est un autre monde où il possible de créer une vision durable au travers de projets qui devraient pouvoir naître et être source de développement pour les jeunes et leurs familles. Dans un premier temps, il s’agit que la jeunesse puisse générer des sources de revenus mais surtout qu’ils puissent considérer les étapes du recyclage comme pouvant être un emploi durable qui leur permettrait d’améliorer  leur qualité de vie.

De plus, il s’agit de leur faire connaître la voie de l’entrepreneuriat en tant que possibilité de développer des idées de business créatives à travers de la technologie et  des Arts. C’est le cas du projet Eco Actores dans le département de Solola. La réduction des déchets à la source est un autre champs de bataille, exigeant des efforts d’éducation environnementale auprès des jeunes afin qu’ils soient capables d’influencer leurs propre communauté. Il s’agit de les sensibiliser à ne devoir recycler qu’une fois avoir refusé, réduit et réutiliser le plastique et plus particulièrement  le PET  au sien de projets rentables et plaisants!