Je me réjouis aujourd’hui de lire, sur le site IED Afrique (Innovation, Environnement, Développement), un article signé par Aminata Diène, ma stagiaire en communication durant mon mandat en tant que volontaire Uniterra, au titre de conseiller en communication auprès de la Fédération des organisations non-gouvernementales du Sénégal (FONGS).

Le grand bonheur du coopérant volontaire, c’est de savoir que ce qu’il a apporté dans une organisation partenaire a laissé des traces et que le travail amorcé pendant son séjour est pérennisé après son départ.

Eh bien, Aminata est maintenant la chargée de communication à la FONGS et elle y fait un bon travail. Son texte porte sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur, l’incorporation de céréales locales dans la fabrication du pain au Sénégal… Ce sujet me touche parce que j’aime le pain, parce que je l’aime encore plus quand il contient des céréales du pays (il est ainsi bien plus nutritif et il a meilleur au goût) et parce que j’aime le Sénégal.

Le sujet est développé de façon exhaustive et vous en apprendrez beaucoup sur la question du pain au Sénégal vue sous plusieurs angles, par exemple:

  1. Que la consommation du blé au Sénégal atteignait 515 000 tonnes en 2016, ce qui représente un trou d’environ 215 millions de dollars canadiens dans la balance commerciale du pays;
  2. Que l’engagement de la FONGS dans le dossier de l’incorporation de céréales locales dans la panification implique la participation des boulangers artisanaux et des femmes transformatrices pour inverser la tendance;
  3. Que ce beau projet contribue à la souveraineté alimentaire du pays, qu’il crée de la valeur ajoutée au niveau local par la transformation des céréales sèches produites par les exploitations familiales agricoles;
  4. Qu’il fait la promotion et contribue à la sécurisation de l’auto-emploi en milieu rural.

Vous y verrez aussi quelles sont les associations paysannes impliquées et vous serez comme moi ravis de prendre connaissance de plusieurs résultats très positifs obtenus grâce à cette initiative.

Bonne lecture de l’article d’Aminata     Visitez le site IED Afrique